PAXTON (J.)


PAXTON (J.)
PAXTON (J.)

PAXTON JOSEPH (1803-1865)

Le XIXe siècle a donné naissance à un type de manifestation spectaculaire qui contribue à symboliser ses structures socio-économiques fondamentales: les expositions universelles. Elles scandent les transformations vers lesquelles le siècle est orienté. Elles situent les étapes progressives de l’industrialisation. Elles prétendent exhiber les conquêtes du machinisme. La présentation des produits exige des locaux appropriés, théoriquement provisoires. Surgissent dès lors de nouveaux problèmes d’ordre architectural. La réponse à ces nouveaux programmes va susciter des solutions expérimentales: malgré leur caractère provisoire, les constructions qui seront ainsi réalisées seront des œuvres d’avant-garde et tendront à exprimer l’extrême pointe des possibilités techniques du moment. Dans l’histoire de l’architecture, les expositions universelles peuvent donc être considérées comme des jalons importants.

Il était normal que la formule de l’exposition universelle prenne corps en Angleterre, c’est-à-dire dans le pays industriellement le plus avancé. Elle se déploya à Londres, à Hyde Park, en 1851, dura cent quarante et un jours et accueillit 6 039 195 visiteurs. Elle fut le prétexte du célèbre Crystal Palace, construit par Paxton (il servit à construire en 1852-1854 le Crystal Palace de Sydenham détruit par un incendie en 1936). L’origine de ce bâtiment révolutionnaire, il faut la trouver, certes, dans le génie inventif de Paxton, mais aussi dans un singulier, rare, étonnant contexte: en 1826, William Spencer, sixième duc de Devonshire, offre à un jeune jardinier attaché à la Société d’horticulture de Chiswick la fonction de chef jardinier du domaine de Chatsworth. Joseph Paxton déploie aussitôt une activité inattendue, variée, multiple: il s’attache à apprendre les langues, réunit une collection de conifères, construit des serres pour protéger les orchidées, remanie le dessin des jardins, crée des pièces d’eau. En 1837, il entreprend la construction d’une serre géante en vue de reconstituer les conditions climatiques favorables au maintien d’essences végétales (palmiers-dattiers, bananiers, etc.) et d’oiseaux tropicaux: ainsi fut édifié the largest glass building in the world (84 m de longueur, 38 m de largeur, 20 m de hauteur) sous une couverture incurvée montée sur un léger châssis en bois façonné dans des lamelles encollées et à partir de montants de fonte creux spécialement dessinés pour ce projet. Nul ne pouvait alors se douter que cet ouvrage n’était qu’une introduction, la préface d’une démarche plus hardie, plus complète, plus ambitieuse encore: celle qui, en 1851, allait, pour réaliser le Crystal Palace, reposer sur l’utilisation à grande échelle d’éléments usinés préfabriqués en fer, verre et bois, sur la construction en série et la standardisation des matériaux, sur l’industrialisation du bâtiment, la mécanisation du chantier, ce dernier supposant des procédés de montage inédits. Malgré la campagne menée par les architectes professionnels, les ingénieurs, les techniciens contre un «amateur», malgré les «avertissements» de ces «spécialistes» (fondations insuffisantes, vibrations inquiétantes, dangers d’effondrement, impossibilité d’achever une telle entreprise en temps utile, etc.), les différents éléments en bois et en fer (usinés par plusieurs firmes de Birmingham) furent livrés selon le programme établi, assemblés sur place et montés en moins de six mois, les pièces les plus lourdes, les poutres de fonte (24 pieds de longueur: module de base) ne dépassant pas le poids d’une tonne. Cet immense bâtiment transparent (deux ailes rectangulaires reliées à un corps central: transept perpendiculaire couvert en berceau) couvrait 70 000 mètres carrés. Il peut être techniquement décrit comme une vaste verrière reposant sur une ossature métallique (colonnes de fonte) assurée par des poutres cintrées, les vitres, posées dans des cadres en bois préfabriqués, mesurant quatre pieds de longueur, c’est-à-dire la plus grande dimension réalisable à l’époque. L’ensemble, correctement raidi, fut si bien étudié (en neuf jours!) qu’il résista parfaitement à toutes les contraintes mécaniques.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Paxton — is an Anglo Saxon word derived from gardiner . The Paxtons: We Are One (1903) by William McClung Paxton [http://www.bngent.com/workbench/weareone.htm] ] As early as the 6th century, Anglo Saxons began crossing from the European continent and… …   Wikipedia

  • Paxton — ist der Name von: Bill Paxton (* 1955), US amerikanischer Filmschauspieler Gary Paxton (* 1938), US amerikanischer Sänger (The Hollywood Argyles) und Musikproduzent John Paxton (Drehbuchautor) (1911–1985), US amerikanischer Drehbuchautor John M.… …   Deutsch Wikipedia

  • Paxton — Paxton, NE U.S. village in Nebraska Population (2000): 614 Housing Units (2000): 248 Land area (2000): 0.548989 sq. miles (1.421874 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.548989 sq. miles (1.421874 sq …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Paxton —    PAXTON, a village, in the parish of Hutton, county of Berwick, 4½ miles (W.) from Berwick; containing 284 inhabitants. This is a pleasant little village in the eastern quarter of the parish, and on the west bank of the Tweed, which is crossed… …   A Topographical dictionary of Scotland

  • Paxton, CA — U.S. Census Designated Place in California Population (2000): 21 Housing Units (2000): 13 Land area (2000): 0.349606 sq. miles (0.905475 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.349606 sq. miles… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Paxton, FL — U.S. town in Florida Population (2000): 656 Housing Units (2000): 298 Land area (2000): 3.906503 sq. miles (10.117797 sq. km) Water area (2000): 0.066196 sq. miles (0.171447 sq. km) Total area (2000): 3.972699 sq. miles (10.289244 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Paxton, IL — U.S. city in Illinois Population (2000): 4525 Housing Units (2000): 1888 Land area (2000): 2.227514 sq. miles (5.769235 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 2.227514 sq. miles (5.769235 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Paxton, NE — U.S. village in Nebraska Population (2000): 614 Housing Units (2000): 248 Land area (2000): 0.548989 sq. miles (1.421874 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.548989 sq. miles (1.421874 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Paxton — Paxton, Joseph, geb. 1804 in Berwickshire, lernte als Kunstgärtner u. war erst im Dienst des Herzogs von Somerset zu Wimbledon, später Oberaufseher der Gewächshäuser des Herzogs von Devonshire in Chatsworth unweit Derby. Hier gründete er eine… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Paxton [1] — Paxton (spr. päckst n), Hauptstadt der Grafschaft Ford im nordamerikan. Staat Illinois, Bahnkreuzung, Sitz einer schwedischen Hochschule (Augustin a College), hat Produktenhandel, Ziegelfabrikation und (1900) 3036 Einw …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.